LA RAISON DE MON ABSENCE

 

talkingofbeauty article crises angoisses experience

Vous n’êtes pas sans savoir que je me suis faite rare ces derniers temps pour ne pas dire complètement absente. C’est peut être la première fois que je fais un article en me livrant en grande partie véritablement à vous. Et si je le fais, ce n’est pas dans le but me justifier, mais parce que cet article vous parlera peut être à vous aussi..

Pour être honnête, cela doit faire au bas mot plus de 3 mois que je ne me suis pas connectée sur l’interface de mon blog, je check parfois un peu Instagram mais je me suis tenue véritablement à distance de cela aussi, il en va de même de la boite de réception de mon adresse email, et de tous ces mails qui attendent en vain une réponse.

Je me suis connectée ce soir sur un coup de tête, et je vous écris également sur un coup de tête et c’est ce soir que cela m’a sauté aux yeux, ce soir que me suis rendue compte que vous ne me connaissiez pas.

Je suis une éternelle stressée de la vie, ce n’est pas une nouveauté, mais quoi que j’en dise, j’ai toujours plus ou moins réussi à dépasser cela en prenant beaucoup sur moi, en m’auto-rassurant en permanence.. (jamais mieux servi que par soi même..), cela n’a pourtant jamais été facile.

Je suis quelqu’un d’excessif, j’aime à la folie, ou je n’aime pas, autant vous dire que les peines, et toutes les émotions négatives sont ressenties aussi de façon si excessives. J’ai également toujours réussi à gérer cela du mieux que je le pouvais. Ai-je le choix ?

Pour vous faire un micro résumé – j’ai vécu des choses, qui quoi que j’en dise m’ont laissée de profonds traumatismes. Avec les gens qui m’entourent, cela se caractérise par des périodes où je suis très proche d’eux, et d’autres où je peux passer des mois sans leur parler, non pas qu’ils ne me manquent pas.. cela serait si faux de le dire. Je ne suis pas de bonne compagnie et suis dans l’incapacité totale d’apporter quoi que ce soit aux autres et puis, à quoi bon leur expliquer les choses alors que justement, je souhaite qu’ils ne puissent jamais les comprendre ? Pour comprendre, il faudrait avoir vécu cela, c’est tout ce que je ne leur souhaite pas. Je n’exprime pas facilement ce que je ressens. Je maintient toujours une distance, c’est valable même pour les gens au plus proche de moi. On pourrait se dire : “mais tu ne les aimes pas puisque tu les laisses ?” c’est tellement faux. Aimer quelqu’un selon moi, c’est également ne pas lui faire supporter le poids que l’on porte et puis les gens que l’on aime sont nos plus grandes faiblesses. L’abandon me terrorise, alors je crois juste que, par période, je devance la situation, parce que dans ce cas précis, je choisis ce que je subis. Vous me suivez ? Suis-je égoïste ? J’ai tous les défauts du monde, mais certainement pas celui-ci. Une fille a posté il y a quelques jours une citation sur Instagram qui résume un tant soit peu la situation, la voici : ” Je ne comprends pas le concept de se méfier des inconnus. Moi, toutes les personnes qui m’ont fait du mal, je les connaissais toutes” c’est juste tellement criant de vérité.

Tout ça pour dire que, depuis 3 ans, je me réfugie corps et âme dans le travail (peut être que je vous expliquerais aussi un jour pourquoi c’était moins le cas avant), mes cours me prennent un temps fou, mon entourage me reproche à demi-mots de ne pas arriver à m’arrêter de travailler, ils ont raison. Je travaille jusqu’à l’épuisement. Travailler est devenu un refuge. Emmagasiner le maximum de savoir me rassure, me permet de tout contrôler. Mon chemin a croisé celui de personnes il y a quelques années, qui se sont évertuées à me démontrer par A+B que je ne ferais jamais rien de ma vie, que je n’étais pas suffisamment intelligente pour ça. Je ne vous fais part que des phrases les plus soft puisque je n’ai pas envie de donner une quelconque audience à ce genre de conneries. J’ai eu l’intelligence de ne pas les croire et de me servir de ce qu’ils disaient pour puiser la force nécessaire pour me dépasser. Peu importe la fatigue, peu importe les nombreuses concessions.. Je ne leurs donnerai jamais raison.

Vous avez peut être connu vous aussi, des gens nocifs qui se sont évertués à vous décourager, à trouver toutes les choses possibles et inimaginables qui seront la raison de votre hypothétique échec. Ces mêmes personnes qui vous diront un jour, ce mot, cette phrase qui tue, et qui vous hantera. Je tiens juste à vous dire ceci :  Ne vous sous-estimez jamais, si vous voulez quelque chose, travaillez pour, faites des sacrifices, et peu importe à quel point cela est difficile, soyez patient et ne baissez jamais les bras.

“Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !” disait Marx Twain. Ceux que j’aime savent à quel point cette citation me poursuit et je la leur rappelle souvent lorsqu’ils ont besoin d’encouragement pour qu’ils n’oublient jamais de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Je vous disais donc que je travaillais, sans compter les heures, et un matin, en me rendant en cours magistral (amphithéâtre), cela m’a pris comme cela, une forte montée d’angoisse, des nausées, un mal être général, et une irrépressible envie de sortir, une impossibilité de rester une seconde sans bouger. J’ai fermé mon macbook, ai rangé mes affaires le plus vite possible, ai demandé à ma voisine de se lever, me suis excusée auprès du professeur qui nous dispensait le cours, et je suis sortie. Je venais de faire ma première crise d’angoisse.

Ce sentiment de malaise m’a peu quitté pendant 2 jours, je me sentais mal, fatiguée, sur les nerfs.. 2 jours après, je devais assister à une conférence, j’y ai assisté 20 mn, une deuxième crise en public venait de se produire.

Je savais déjà que cela ne passerait pas comme ça, l’appréhension de me rendre aux cours magistraux ne faisait qu’augmenter. Je n’y ai remis les pieds que lors des partiels. Entre temps, les cours obligatoires étaient pour moi un véritable calvaire, je passais le cours presque entier à m’auto-raisonner pour ne pas partir, une angoisse permanente, qui souvent me paraissait insupportable, je participais tant bien que mal (note de participation oblige) afin de me concentrer sur autre chose. Je sais que c’est irraisonné, je le dis moi même suffisamment. J’ai souvent résumé cette situation en deux mots “irraisonné et indescriptible”. Ceux qui ont vécu, cela savent de quoi je parle.

Les partiels, bien qu’ils aient été validés sans aucun problème, ont été  en réalité bien ratés. Non pas que mes notes aient été mauvaises, loin de là, seulement ma seule obsession en commençant le partiel était d’aller directement droit au but (la rédaction), le faire le plus rapidement possible pour pouvoir maximiser les chances d’avoir des points au cas où il faudrait que je sorte, je ne crois pas m’être relue une seule fois. Je suis sans aucun doute passée à côté de plusieurs points. Et un point, c’est un point. Une amie (qui d’ailleurs a été si présente pour moi, si tu lis ceci : Merci, d’avoir été là, de ne pas m’avoir jugée, je n’oublierai pas) a été aux rattrapages pour 0,01 points manquants, c’est dire…

Tout cela pour dire que les angoisses n’ont pas cessé comme ça, elles se sont même généralisées, je ne pouvais plus sortir ni être dans des lieux publics. Le problème de l’angoisse, c’est que l’on se rend vite compte que le regard des gens a une influence considérable. On anticipe et donc on crée la crise sans même s’en rendre compte rien que par la peur du regard des gens en adoptant des pensées du type “si j’ai une crise devant tout le monde, comment je fais ?” comme si, c’était la chose la plus grave qu’il puisse nous arriver. Autant vous dire que, bien-sur que la crise va se produire, on a tellement mis du coeur à décortiquer tous les scénarios possibles et imaginables aux termes desquels, la crise se produit. Vous vous trouvez maintenant dans un véritable engrenage.

Par la suite, vous allez vous jeter la pierre, vous demander quel est votre problème ? du point de vue psychologique, c’est loin d’être simple, cela vous isole, vous avez l’impression d’être incompris peu importe l’interlocuteur que vous avez en face de vous. La vérité, c’est que vous ne vous comprenez pas vous-même, que vous avez une totale perte de contrôle sur les événements. Je vous passe bon nombre de détails. J’ai lu à plusieurs reprises qu’il fallait chercher la cause et la traiter. Je connais déjà une partie de ce qui provoque cela. Il suffit d’un truc, aussi minime soit-il, mais ce truc là, remontera tout un tas de choses que vous avez voulu enfouir consciemment ou non.

J’ai décidé de capituler, je veux dire par là, d’arrêter de lutter, de tout contrôler et en réalité depuis cela va mieux. Si cela va mal, ce n’est pas si grave n’est-ce pas ? J’explore la dé-dramatisation, je parle de ces crises plus ouvertement, et j’ai été étonnée de me rendre compte que je suis loin d’être seule à vivre cela. La vérité, c’est qu’on est dans une société qui accepte de montrer le positif, ce qui va. Il n’y a qu’à aller sur Instagram pour s’en rendre compte et les véritables sujets qui nous touchent, avec lesquels on a du mal à vivre sont en permanence profondément occultés et au final, si on dramatise tout aussi, c’est justement parce que ce sont des sujets tabous.  Si nous parlions ouvertement de ce qui nous dérange, cela ne viendrait plus nous hanter en permanence ou du moins, nous pourrions peut être trouver un peu de soutient, ou un échange avec quelqu’un qui vit ou a vécu une situation similaire, afin que les choses soient plus supportables et que nous ne nous sentions pas seul.. Parce qu’il est bien là le problème.

Cela est, je crois, arrivé à tout le monde de se lever le matin en pensant qu’on aurait mieux fait de rester couché ou encore de vivre une situation compliquée et de se connecter sur Instagram (ou tout autre réseau social), vous allez instinctivement commencer à vous comparer aux autres. “J’aimerai avoir des photos aussi jolies qu’elle” ou “être aussi jolie qu’elle..” ou “……” je vous laisse compléter à votre guise, il y a forcément une phrase qui vous passera par l’esprit. On passe notre temps à se comparer aux autres, à faire ces pseudo constats virtuels qui consistent à penser que la vie des autres est mieux que la notre. SAUF QUE l’on ne vous montre que ce que l’on veut, parce que justement nous-mêmes, nous voulons susciter l’envie et avoir une bonne image aux yeux des autres. Encore et toujours les autres, le points de vue des autres….

Je nous verrais bien, installer avec un verre et refaire le monde. Vous voyez ?

“Revenons à nos moutons” (ces expressions française – ce délire), après une visite chez le médecin, puis une deuxième, la situation ne s’est pas arrangée.. Il est si adorable avec moi, mais il avait beau constater aux vues de mes dires que cela n’allait pas, que je me sentais impuissante face à cette situation, que faire ? Les symptômes que je ressentais provenaient selon lui du stress, que j’étais désormais incapable de gérer. Je me souviens qu’il m’ait dit ” mais cela a l’air d’aller là non ?” moi répondant du tac-au-tac “oui mais en même temps, si t’es là que veux tu qu’il m’arrive ? tu feras bien quelque chose non ?” (oui je tutoie mon médecin, c’est quelqu’un de précieux pour moi, et je souhaite à tous d’avoir un médecin comme lui. Je donnerai beaucoup pour me voir un jour de la façon dont il me voit – c’est un autre débat).

Il aurait pu me prescrire une liste de médicaments, qui aurait eu pour visée de m’assommer de fatigue, mais il ne l’a pas fait. Il a eu l’intelligence de comprendre que j’avais davantage besoin d’être écoutée et rassurée plutôt que de passer les prochains jours à comater. De plus, je n’avais vraiment pas le temps pour cela !

C’est en parlant de cette problématique avec les pharmaciennes qui me connaissent depuis des années que le sujet de l’homéopathie est venu. Il faut dire aussi que je suis pas une fanatique des médicaments.. J’ai d’ailleurs un peu tendance à considérer toutes granules, cachets visant une problématique physique ou psychologique et sortant d’une pharmacie comme un médicament. C’est en cela que les pharmaciennes et préparatrices en pharmacies m’ont apportée leurs précieux conseils et encore une fois une oreille attentive. On ne répétera jamais assez l’importance d’être bien entourée. Je suis donc repartie avec ces fameuses granules aux consonances latines “Aconitum napellus” devant soulager mes attaques de paniques… Cela s’est vérifié quelques heures plus tard, et c’est dire à quel point j’étais dubitative sur leur efficacité, puisque j’était persuadée qu’il me faudrait quelque chose de puissant étant donné l’ampleur de ces crises d’angoisses.

On est pas là pour lancer un débat sur l’efficacité réelle ou non de l’homéopathie. Au fil du temps, c’est devenu un réflexe. Dans un environnement anxiogène ou dans toutes situations qui provoquaient des crises, j’en prenais. Certains jours, l’effet était plus notoire que d’autres. Cela rendait dans tous les cas, les choses plus supportables.

Voulant résoudre la problématique par différents moyens, je suis allée voir un hypnothérapeute. Qu’on se le dise directement, cela n’a rien à voir avec l’hypnose de spectacle, de plus, vous être parfaitement conscient tout le long. Il serait faux de vous dire que cela a marché sur moi, il serait faux également de vous dire que cela n’a pas marché. Pour être honnête, je n’en sais tout simplement rien. Il est vrai qu’en sortant, je me suis sentie incroyablement bien (psychologiquement et physiquement), et que cela ne m’était pas arrivée depuis bien longtemps. Les angoisses sont revenues au fil des jours, toutefois cela restait tolérable même sans prise d’homéopathie. J’ai lu que l’on pouvait voir les bénéfices de l’hypnose à plus ou moins long terme.

Je sais que 2 jours après la séance, j’ai pu retourner dans des centres commerciaux sans aucun problème, boire des verres entre amis.. recommencer à vivre quoi. Encore une fois, vous dire que cela a marché, je n’en sais rien. C’est peut être juste l’effet psychologique, cependant, bien que je soit ressortie de cette séance en me sentant incroyablement bien, j’ai vite pensé en voyant des crises réapparaitre que cela n’avait pas marché.  De toutes évidences, ce n’est pas maintenant que l’on va trancher le débat.

Tout cela pour vous dire que les prochains articles seront très probablement tournés vers le bien être personnel. Ce site est censé me ressembler, et il se doit donc d’évoluer avec moi. Je teste actuellement différentes choses, dont le Yoga et je suis très surprise de l’effet que cela a en si peu de temps, sur le corps et l’esprit. Je vous en reparlerai !

Dans tous les cas, n’hésitez pas à partager vos conseils bien-être sur ce post ou sur mes réseaux, je me ferais un plaisir de relayer vos astuces !

 

Partager:

9 Commentaires

  1. Audrey
    28 octobre 2018 / 21 h 36 min

    Marine vraiment MERCI pour cet article je m’y suis vraiment retrouvée, ce soir grâce à toi je me sent moins seule.

    Tu viens de gagner une nouvelle lectrice ! ☺️

    Bon courage et bonne soirée !

  2. Aline
    28 octobre 2018 / 20 h 27 min

    Se dévoiler ainsi est un exercice fort difficile mais nécessaire parfois. Cette angoisse la non maîtrise de soi c’est tellement difficile et les solutions des petits cailloux à semer devant soi pour avancer, prendre confiance et oser s’exprimer. Ça me parle beaucoup.
    Je te souhaite de retrouver ou découvrir la liberté de vie par le bien être de l’esprit et du corps. Tu as je crois déjà entamé un bout de chemin, courage à toi.

  3. Tom
    28 octobre 2018 / 16 h 29 min

    Pour te connaître je te donnerai un seul conseil : Marine soit indulgente avec toi même stp

  4. Christelle
    28 octobre 2018 / 16 h 25 min

    Le véritable secret c’est de penser à soi car les gens auront toujours une raison pour nous juger. Tu as raison de parler car c’est vrai que ça rassure de voir quelqu’un parler de ses “faiblesses” !
    J’espere que tu continueras à aller mieux, tu as tout l’air de le mériter

    • 28 octobre 2018 / 17 h 51 min

      La seule raison pour laquelle j’en ai parlé c’est que ces crises ont toujours le même cheminement donc cela inclus de ce fait un certain nombre de personne vivant cela pour ne pas dire toutes. J’en parlais encore cette semaine, avec une fille qui me demandait des conseils dans divers domaines, elle avait l’impression que tout était simple pour moi, car même si j’en fait tout un article, en réalité ces crises sont parfois difficilement perceptibles pour l’extérieur. J’ai appris au cours de la conversation qu’elle vivait la même chose, instinctivement elle m’as dit “ohhh tu me rassures !”. C’est pas la première personne qui me le dit. Lâcher prise fait du bien, il s’agit maintenant de se regarder avec un peu plus de bienveillance et arrêter de cacher en permanence ce qui ne va pas. J’ai ouvert ce site pour prodiguer des conseils, et cela s’est au fil du temps tourné vers des partenariats, je ne jette pas la pierre à cela. Toutefois, je pense maintenant que cultiver le bien-être personnel passe avant tout autre chose. Pour soi-même et SURTOUT pour ceux que l’on aime.

      Ps : merci pour ce secret/rappel ! (les choses les plus simples sont souvent les plus difficiles à mettre en pratique)

      Belle fin de week-end à toi 😘

  5. David
    28 octobre 2018 / 15 h 40 min

    Pas facile d’être la meilleure , pas facile de faire plaisir aux autres , pas facile au yeux de la société d’être au top tous les jours de notre vie. Mais peut être est ce facile de prendre notre temps,de se poser et de penser à nous.
    Bon courage .

  6. Laure
    28 octobre 2018 / 14 h 43 min

    Marine, merci de parler de ce sujet, j’imagine que cela a dut être pour toi un effort incroyable de livrer ton expérience.
    Tu as l’air d’être quelqu’un de profondément généreux, quoi que ton expérience t’ai fait subir. Aussi belle à l’intérieur qu’à l’extérieur. Je me retrouve un peu dans ta situation et tu as raison sur le fait que l’on se sente seul, même si d’une certaine personne on s’isole de nous-même. Je fais aussi du Yoga depuis 3 ans maintenant et ça a changé ma vie j’espère que ça sera le cas pour toi aussi !

    Bon dimanche !

    • 28 octobre 2018 / 15 h 24 min

      Merci Laure ! ton message me fait vraiment plaisir surtout que je commençais un peu à paniquer au vue du nombre de vues que mon article a déjà ! 🙂 Si j’ai fait cet article, c’est justement parce que c’est un sujet dont on ne parle pas alors qu’on est beaucoup à avoir ce problème ! Je vais continuer le Yoga ! N’hésites pas si tu le souhaites à m’envoyer un mail avec toutes tes astuces à ce sujet ! Cela pourrait aider bon nombre d’entre nous – Les novices ! haha

      Je t’envoie pleins de bonnes ondes et te souhaite un très bon dimanche également !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *